Open
retour aux Dernières actualités
1/21/21

Veolia est prêt à entamer un dialogue constructif avec SUEZ

Veolia accueille favorablement la déclaration du conseil d’administration de SUEZ qui se dit prêt à engager le dialogue concernant un rapprochement. Cependant, le groupe appelle Ardian à clarifier de toute urgence les déclarations trompeuses et non-sincères communiquées au marché le 17 janvier.


Au regard des dernières informations, Antoine Frérot a déclaré : « Je suis ravi de pouvoir enfin initier le dialogue avec Bertrand Camus, après qu’il a été mandaté par le Conseil d'administration de SUEZ, sur la base du projet que je leur ai transmis le 7 janvier. Nous nous félicitons de cette avancée majeure et nous sommes impatients de nous engager de manière constructive, loin du champ de bataille juridique ; telle est notre intention depuis que nous avons finalisé notre acquisition des 29,9% en octobre pour devenir le premier actionnaire de SUEZ ».


« Notre offre est claire et confirme nos intentions affichées depuis le premier jour.  Au nom de tous les actionnaires de Suez, nous demandons la clarification urgente des communications financières publiques trompeuses et non-sincères émises par SUEZ, Ardian et GIP. »


Dans la soirée du dimanche 17 janvier, SUEZ, Ardian et le GIP ont publié des communiqués de presse suggérant qu'une offre alternative formelle était trouvée. Cette annonce a été largement couverte par les médias français et internationaux.


La véritable nature de la proposition n'est apparue qu'une fois que Mathias Burghardt, directeur d'Ardian Infrastructure, a été interrogé par l'AFP. Celui-ci a confirmé que leur lettre d'intention n'était pas une contre-offre puisqu’elle dépend entièrement d'un accord entre Veolia et SUEZ.


Veolia a immédiatement clarifié la situation en confirmant que sa participation de 29,9% dans SUEZ n'est pas et ne sera pas à vendre étant donné qu'elle constitue « la première étape dans la création d'un champion mondial de la transformation écologique ».


En ligne avec notre souci de transparence et de franchise depuis notre annonce du mois d’août 2020, nous avons écrit à Ardian et GIP pour exprimer les « préoccupations du groupe quant aux conséquences néfastes de la communication financière publique trompeuse et non-sincère, ou du moins imprécise » du 17 janvier, et quant aux rumeurs engendrées sur le marché alors que Veolia est bel et bien le premier actionnaire de SUEZ à hauteur de 29,9 %.


Reuters Breakingviews s’est d’ailleurs exprimé récemment sur ces derniers rebondissements, pour critiquer le manque de détails et de synergies dans ce « compromis impliquant des investissements par des fonds d'infrastructure ». L’éditorialiste Christopher Thompson a déclaré : « Il est difficile d’imaginer Veolia - qui a immédiatement confirmé que sa propre participation dans Suez n'était pas à vendre - accepter un tel compromis. Toute solution, autre qu'une prise de contrôle totale serait loin de répondre à l’ambition d’Antoine Frérot de créer « un champion mondial de la transformation écologique ». Aussi, l'offre indicative de la société, d'une valeur de 18 euros par action, est renforcée par la perspective d'une économie annuelle de 500 millions d'euros. Ardian et le GIP n'ont fait état d'aucun avantage comparable ».


Pour lire l’intégralité de l’article - https://www.breakingviews.com/considered-view/leaky-suez-defence-only-enhances-takeover-appeal/ (accessible sur abonnement où inscription temporaire)