Open
retour aux Dernières actualités
4/6/21

Préserver SUEZ contre SUEZ

Rappel à l’ordre par l’AMF 


La fondation néerlandaise a été activée le 21 mars 2021 en vue de favoriser une simple intention d’offre portant sur la majorité des actifs de SUEZ par le consortium GIP-Ardian. Le 2 avril 2021, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a rappelé SUEZ à l’ordre dans le but de préserver l’égalité de l’information des investisseurs, le bon fonctionnement des marchés et le libre jeu des offres. L’activation de la fondation, les termes restrictifs et biaisés de son potentiel désarmement envisagé uniquement sur un calendrier comprimé, combiné au soutien de la proposition du consortium Ardian-GIP négociée et acceptée par le conseil d’administration démontrent une asymétrie de traitement par le conseil d’administration de SUEZ en faveur de GIP-Ardian, alors même que la seule offre proposée aux actionnaires de SUEZ est celle de Veolia, ce qui va à l’encontre des intérêts des actionnaires de SUEZ. 


Une communication importante


Cette communication importante de l’AMF, autorité administrative indépendante, n’est pas une injonction mais un rappel à l’ordre destiné pour faire valoir les principes de transparence et d’intégrité du marché, de loyauté dans les transactions et la compétition, ainsi qu’au libre jeu des offres et de leurs surenchères. 

L’AMF tient son rôle de garant indépendant des bonnes pratiques de marché dans l’intérêt de l’ensemble des opérateurs de marché et des investisseurs afin de garantir l’encadrement des opérations financières. Dans ce cadre, Veolia continue de répondre avec soin à toutes ses obligations règlementaires dans le contexte de son offre publique sur l’ensemble de SUEZ. 

Quid de la défense des intérêts réels des actionnaires ? 

Les actionnaires de SUEZ comprennent bien que l’armement de cette fondation ne peut être un préalable à une discussion raisonnable, ceux-ci n’ont d’ailleurs été consulté ni lors de la création en septembre 2020, ni lors de l’activation « définitive » de cette « pilule empoisonnée ». 


Le conseil d’administration de SUEZ induit les actionnaires en erreur en leur laissant entendre que cette fondation a été mise en œuvre dans leur intérêt, afin d’obtenir un meilleur prix. Son objet initial reste son objet aujourd’hui : bloquer l’offre de Veolia en favorisant un démembrement de SUEZ au profit des fonds de private equity. Le prix n’est d’ailleurs pas la seule exigence pour désarmer la fondation, elle s’accompagne de conditions prohibitives y compris le risque, dorénavant avéré, d’accélération de cessions stratégiques. 


Le conseil d’administration de SUEZ cherche, encore, à priver les actionnaires de SUEZ de l’offre de Veolia. Ce même conseil n’est par contre pas en mesure de proposer une alternative concrète aux actionnaires avec une offre cohérente, porteuse de sens et créatrice de valeur pour l’ensemble des parties prenantes. Ainsi l’alternative proposée par GIP-Ardian n’en est pas une, le prix de 20EUR annoncé n’existe pas. La valorisation de SUEZ par GIP-Ardian est uniquement basée sur un raisonnement en trompe-l’œil de morceaux choisis.



Les actionnaires sont en droit de se demander si le conseil d’administration de SUEZ agit bien dans le cadre de sa mission de défense des intérêts sociaux du groupe et des leurs. Rien dans l’ultimatum lancé le 21 mars 2021, ni dans la réaction des dirigeants de SUEZ suite à la communication de l’AMF, n’invite à trouver un accord et seul le désarmement de la fondation pourrait constituer une avancée significative dans l’intérêt des actionnaires de SUEZ. Il faut même s’interroger sur le caractère raisonnable des risques inouïs pris par le conseil d’administration de SUEZ qui valide des options non conformes aux règles de la place, risques qu’il fait prendre de façon inconsidérée aux actionnaires de SUEZ alors qu’ils sont dépourvus de toute alternative à l’offre de Veolia. 



La fondation néerlandaise n’a qu’un effet : détruire de la valeur. 

Le désarmement de la fondation néerlandaise est le seul préalable à une discussion constructive entre le conseil d’administration de SUEZ et Veolia dans l’intérêt de toutes les parties prenantes. 


Il n’y a aucune offre alternative à celle de Veolia. 

L’offre de Veolia est réelle, transparente, conforme aux règles et irrévocable depuis son dépôt à l’AMF le 8 février 2021. Veolia, premier actionnaire de SUEZ, ne cèdera à aucune pression et sa participation ne sera ni vendue, ni échangée. 


Un dialogue nécessaire dans le respect des règles. 

Veolia appelle Suez au dialogue afin de parvenir à une solution constructive et respectueuse de l’intérêt des deux sociétés, d’une saine concurrence en France et plus largement de l’économie française. Cette solution ne peut être envisagée que dans le respect de toutes les parties prenantes dans un cadre conforme aux règles de la place.